Quatre textes de D.W. Winnicott

Children have their play on the seashore of worlds. […]

The sea plays with children, and pale gleams the smile of the sea-beach.

R. Tagore, Crescent Moon, 1913, pp. 3-4.

Enfant, je m’amusais parfois à aller gratter la terre, à la recherche de fossiles de coquillages très présents dans la région où je vivais. Bien qu’attendue, chaque nouvelle découverte suscitait en moi surprise, émerveillement et satisfaction. C’était là surtout un support à d’infinies rêveries dans lesquelles je repensais le monde, ses origines, les logiques du vivant et ses restes. Quelques années plus tard, alors que je partais me promener sur les chemins de la recherche, je découvris quelques textes de Winnicott dont la lecture m’apparut inédite. Nous étions en 2007, mes études universitaires récemment achevées. J’avais pourtant la prétention d’avoir voyagé dans l’ensemble de l’œuvre de ce pédiatre et psychanalyste britannique, qui, après Freud, avait été le premier auteur à susciter en moi un tel intérêt. Tâchant de retrouver ces textes en français, leur caractère inédit dans ma langue se confirma. Immédiatement, je décidai, afin de travailler tant la pensée de Winnicott que ma compréhension de la langue anglaise, de m’amuser à traduire ces quelques pages. Dans ce passe-temps surprenant, je retrouvais mon âme d’enfant. Une fois achevés, je gardai ces textes pour moi, utilisant certains d’entre eux lors de groupes de travail au cercle restreint. Quelques années plus tard, afin de partager mes trouvailles, je proposai ces textes à Didier Houzel pour une possible publication dans le Journal de la psychanalyse de l’enfant. Son intérêt fut immédiat. Quelques années encore d’écoulées et voici qu’un numéro consacré à Winnicott est mis en chantier. Je ressors alors mes feuillets poussiéreux et, dès l’accord obtenu des éditeurs français et du Winnicott Trust, je m’engage à les retravailler. Redoutant de trahir la pensée de Winnicott par mes lacunes, et pour le plaisir de jouer à plusieurs, je sollicite pour ce faire une amie psychologue franco-britannique, ainsi que mes proches, comme à chaque fois, pour les relectures nécessaires donc ces quelques fossiles. Quatre textes drôlement agencés. Sans doute pas les plus beaux s’ils n’ont pas été retenus dans l’édition française, me dis-je, mais devaient-ils pour autant rester cachés sous terre ?

Ce travail de traduction m’a permis de découvrir toute la complexité liée à la tâche, laquelle dépasse de toute évidence les seules connaissances de la langue, d’une œuvre et d’une discipline. La difficulté a été, de surcroît, accentuée par le caractère inachevé et la rédaction laconique de certains de ces textes. Aussi, afin de favoriser leur compréhension, voici une présentation formelle ainsi qu’une contextualisation de leur émergence dans l’œuvre de Winnicott.

L’ouvrage Psycho-Analytic Explorations constitue, par ses 600 pages, le volume le plus conséquent de D.W. Winnicott. Publié de façon posthume, il rassemble quelque 92 textes répartis en quatre parties : I. « Psychanalyse : théorie et pratique », II. « Psychothérapie psychanalytique avec les enfants et adolescents », III. « Sur le travail d’autres analystes », IV. « Sur les autres formes de traitement ». En France, le lecteur a pu découvrir une part essentielle (parties I et II) de ces apports dans La Crainte de l’effondrement et autres situations cliniques (2000), ouvrage rapidement devenu une référence. Plus récemment Michel Gribinski nous a offert la possibilité d’accéder à ce qui constitue la troisième partie de Psycho-Analytic Explorations par la publication de Lectures et Portraits (2012), réunissant les critiques et notes de lecture écrites par Winnicott. Les quatre textes inédits, dont nous proposons au lecteur la découverte, furent rédigés par Winnicott entre 1954 et 1964. Il s’agit de : « Jeu dans la situation analytique » (1954), « Le destin de l’objet transitionnel » (1959), « Notes sur le jeu » (non daté) et « Le jeu du squiggle » (1964-1968), initialement parus dans Psycho-analytical Explorations (1989).

(…)

Lire la suite sur Cairn.info

Desveaux Jean-Baptiste, « Quatre textes de D.W. Winnicott », Journal de la psychanalyse de l’enfant, 2/2015 (Vol. 5), p. 15-24.

URL : http://www.cairn.info/revue-journal-de-la-psychanalyse-de-l-enfant-2015-2-page-15.htm


Cet article introduit quatre textes de D.W. Winnicott restés jusqu’alors inédits en français : « Jeu dans la situation analytique » (1954), « Le destin de l’objet transitionnel » (1959), « Notes sur le jeu » (non daté) et, enfin, « Le jeu du squiggle » (1964-1968). Après une présentation de la démarche qui a mené à la traduction, chaque texte est brièvement présenté avec une mise en contexte de leur émergence au regard de l’œuvre de Winnicott.

Mots-clés

  • Winnicott
  • Jeu
  • Traduction
  • Jeu du squiggle

English

This article introduces four texts written by D.W. Winnicott unpublished until now in French: “Play in the analytic situation” (1954), “The Fate of the transitional object” (1959), “Notes on play” (undated) and finally, “the squiggle game” (1964-1968). After a presentation of the process that led to the translation, each text is briefly presented in order to set the context of their emergence in relation to Winnicott’s work.

Keywords

  • Winnicott
  • Play
  • Game
  • Translation
  • Squiggle game