Se remettre au travail: du moment d’embrayage psychique au processus de transformation

Vient de paraître dans la revue Topique, 2020, 148, 63-77, un article co-écrit avec Yannick Milleur.

Se remettre au travail: du moment d’embrayage psychique au processus de transformation.

Cet écrit vise à mettre en lumière les pannes et impasses du processus psychothérapique. Nous proposons d’utiliser la métaphore du point d’embrayage pour évoquer des moments où peut émerger une relance de la thérapie. Cette relance favorise le processus d’inscription psychique et la réunification des champs écartés du fonctionnement global du sujet.

Extraits:

Au cours d’une analyse ou d’une thérapie ordinaire, lorsque « ça roule », nous ne sommes pas dans la nécessité de repérer et de mobiliser les mouvements d’embrayage ou de patinage psychique. La relation analytique ou bi-personnelle fonctionne alors, pour utiliser une métaphore mécanique, à la manière d’une boîte automatique. Le « véhicule analytique » avance, accélère, s’immobilise parfois avant de repartir, sans que nous n’ayons à être attentif au passage des vitesses, au changement de braquet, de régime. C’est seulement dans certaines configurations spécifiques, fréquentes dans nos cliniques actuelles, que nous observons que le travail analytique patine, qu’il tourne à vide, que nous allons devoir être attentifs à ce point d’embrayage indispensable à la dynamique thérapeutique.

Nous voulons ici insister sur l’intérêt particulier que recouvre la recherche dans l’écoute de ce que peut être un point d’embrayage du travail psychique pour un sujet, et donc de ce que peut représenter la recherche des points de patinage silencieux qui se dissimulent entre deux mots, deux pensées, deux expressions, deux actes. Si le clinicien se met à traquer ce que l’on pourrait aussi bien nommer des points morts, c’est qu’il sait qu’ils recèlent le vif (Pontalis, 1972) d’une grande quantité de libido qui s’y dissimule, nécessaire pour réactiver les rouages psychiques qui favorisent la réorganisation.

[…]

Le point d’embrayage est, dans la métaphore, ce point caché dans la dynamique psychique du sujet qui permet qu’un élément s’édifie en une force motrice vécue comme pouvant avoir une incidence sur la réalité.

Milleur, Y. & Desveaux, J. (2020). Se remettre au travail : du moment d’embrayage psychique au processus de transformation. Topique, 148(1), 63-77.

https://www.cairn.info/revue-topique-2020-1-page-63.htm


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s